Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Activez les cookies pour faciliter votre navigation sur le Web. OK

“The other world: the Haweaters”, conférence donné par Giovanni Capriotti

Date:

13/11/AM


“The other world: the Haweaters”, conférence donné par Giovanni Capriotti

Dans le cadre du programme de conférences “Altri Orienti, altri Occidenti”, l'Institut Italien de Culture et le Département des langues, littératures et cultures - études italiennes de l'Université McGill sont heureux de présenter la conférence donné par Giovanni Capriotti sur le thème: “The other world: the Haweaters”.

Mercredi 13 novembre 2019, 17 h
McGill University
Bronfman Building, Room 210
1001, rue Sherbrooke Ouest, Montréal
Conférence sera donnée en langue anglaise

Lorsque les premiers colons européens sont arrivés à l'île Manitoulin, au milieu des années 1600, ils ont trouvé un environnement accidenté et inhospitalier couvert de forêts denses et battu par des hivers rigoureux. D'après les récits oraux, les autochtones avaient conseillé aux visiteurs de manger les petits fruits de l’aubépine pour prévenir le scorbut. Aujourd'hui encore, les non-autochtones qui sont nés sur l'île portent le surnom de "Haw-eater". L'île Manitoulin est la plus grande île d'eau douce au monde, située juste au large de la rive nord du lac Huron. Dans la langue ojibwée, Mnidoo Mnising signifie "l'île de l'Esprit". Sa terre est sacrée pour le "Peuple des Trois Feux". Après la guerre de 1812, au cours de laquelle plusieurs nations autochtones ont combattu aux côtés de l'armée britannique contre les envahisseurs américains, le gouvernement colonial a déclaré que Manitoulin deviendrait un refuge autochtone insulaire. Ce plan finit par échouer à cause de la forte demande de terres de la part des colons, situation qui a mené à la colonisation. Le développement de l'île Manitoulin illustre, à plus petite échelle, l'histoire coloniale du Canada. Non seulement les peuples autochtones étaient moins nombreux que les colons, mais ils se sont retrouvés au centre d’une bataille que se livraient l’Église protestante et l’Église catholique pour la domination du Nouveau Monde et furent incités à signer des traités douteux sur lesquels la Fédération canadienne compte encore.

Aujourd'hui, l'île Manitoulin est l'un des rares endroits au Canada où les peuples autochtones et non autochtones coexistent sur la même terre. Sur les 15 000 personnes qui y vivent, environ 39 pour cent possèdent le statut d’Autochtones. Historiquement, la relation entre les deux groupes est encore marquée par des blessures fraîches comme la Loi sur les Indiens et les pensionnats indiens. Cependant, l'aliénation, le manque d'emploi et l'ennui dans les petites villes ont le même impact sur tous les habitants de l'île. Tout le monde aime Manitoulin, mais tout le monde s'en va à un moment donné et revient à un autre, tandis que la vie continue de s'écouler dans l'inévitable compromis. Capriotti a conçu "The Haweaters" comme le premier chapitre d'un projet plus vaste intitulé "Forever on the Fringe", qui vise à examiner la relation des sociétés autochtones et coloniales avec la terre. Dans "The Haweaters" l'accent est mis sur l'impact de la religion, de la "sédentarisation" forcée, de la ruralité et de l'identité culturelle dans le colonialisme et ses formes modernes.

Giovanni Capriotti est un photographe documentaire et vidéographe indépendant qui poursuit de longs récits visuels axés sur des récits uniques et intimes et expose comment le temps et l’inévitabilité des compromis affectent les individus, les communautés, l’histoire et la condition humaine. En plus de ses pratiques documentaires, Giovanni s'occupe du journalisme visuel de marque en tant que producteur d'images et de vidéos multimédias à l'Université de Guelph-Humber et continue d'accepter des commandes. Il fait partie du conseil consultatif du programme de photojournalisme du Loyalist College et anime des ateliers, des conférences sur la photographie. Parmi les nombreuses distinctions que son travail lui a values, le projet à long terme de Giovanni, intitulé “Boys Will Be Boys” a été récompensé par la 1ère place dans la catégorie ‘Histoires de sport’ au World Press Photo de 2017, tandis que le prix ISMEO (Associazione Internazionale di Studi sul Mediterraneo e l’Oriente) lui ont récemment accordé une bourse pour suivre les traces de son ancien président et ancien explorateur du Tibet, Giuseppe Tucci. Les projets de Giovanni ont été présentés dans des expositions et des installations partout dans le monde, notamment la World Press Photo Foundation, le Festival Contact Photography de Toronto, l'Institut Italien de Culture de Montréal, DDProject Trieste, les Tokyo International Foto Awards, la Coupe Bingham IGR Amsterdam 2018, PX3 - Prix De La Photographie Paris. WoPZines, une maison d'édition indépendante, est son dernier projet ambitieux.

Information

Date: Mer 13 Nov 2019

Heure: à 17:00

Organisé par : Istituto Italiano di Cultura di Montréal

En partenariat avec : épartement des langues, littératures et cultures -

Entrée : Libre


Lieu:

McGill University Department of Languages, Literat

1336